CONFESSION D'UN ANCIEN PRÉSIDENT

confession_d-un_ancien_président.jpg

SPECTACLE ITINÉRANT

Distribution 

TEXTE

Davide Carnevali

 

TRADUCTION

Caroline Michel

 

MISE EN SCÈNE

Antonella Amirante

 

CRÉATION SON

Nicolas Maisse

 

JEU (en alternance)

Jacques Chambon

Jean-Christophe Vermot-Gauchy

 

 

RÉGIE

(en alternance)

Nicolas Maisse

Agnès Envain

 

ADMINISTRATION/PRODUCTION

Corinne Sarrasin

 

Résumé

Durée : 1 h

Tout public à partir de 15 ans

« Si j’ai fait ce que j’ai fait,

c’est que le peuple m’a donné

l’autorisation de le faire. »

L’ex-président d’un pays en crise à la fin de son mandat parle à cœur ouvert à ses électeurs pour confesser les raisons de ses actions politiques tout en essayant de se justifier, tout en avouant qu’on peut se permettre de faire de fausses promesses à un peuple dupe et le considérer comme stupide et manipulable.

 

L’ex-président termine son discours par l’auto-absolution, et s’innocente sans vergogne puisque, après tout, il a été élu démocratiquement par un peuple distrait !

 

Sous couvert d’aveux sincères, empreints de fausse modestie, il tente de faire croire à un sursaut d’honnêteté pour se faire exonérer de son incompétence qu’il fait par ailleurs porter à ses collaborateurs qu’il estime encore plus incompétents que lui alors même qu’il les a pourtant choisis. Il détaille un système social pyramidal sur lequel il règne, où chacun s’entoure de collaborateurs de plus en plus médiocres au fil des échelons, jusqu’à la base, où se trouvent les plus stupides qui ne pourront que cautionner le système.

 

Au bout du compte, il fait porter la responsabilité de son échec au peuple puisqu’il l’a élu. C’est donc au peuple de se sentir coupable !!!

Confessions d’un ancien président… est un texte  sur le langage, sur l’utilisation du langage et sur l’utilisation que le pouvoir fait du langage.

Sur la manipulation en fait, dont les puissants usent pour créer de façon subtile et sournoise une image factice de la réalité qui s’impose au peuple.

 

Avec cette pièce, le théâtre retourne à sa vocation politique originelle : théâtre pour la polis, la communauté : le public/peuple est interpellé et invité à faire fonctionner son esprit critique.

À Lire

Jacques Chambon n’aime pas les étiquettes. Il n’est jamais là où on l’attend.

 

Comédien protéiforme, il s’ingénie à passer d’un genre à l’autre, d’un répertoire à l’autre, d’un public à l’autre. Un soir sur la scène d’un café-théâtre, il est le lendemain sur un plateau de cinéma ou de télévision, avant d’aller jouer Tchekhov ou de rejoindre un ensemble de musique baroque pour dire Les sonnets de Shakespeare au son de la musique de Purcell.

 

Formé à l’école Jean-Louis Martin-Barbaz, il a multiplié les expériences artistiques en compagnie et en solitaire.

Auteur prolifique, il a écrit une quinzaine de pièces dont plusieurs sont à l’affiche.

 

Son personnage inoubliable de Merlin dans la série Kaamelott a permis au grand public de le découvrir et de l’apprécier.

 

Nicolas Maisse accompagne le comédien avec sons, expressions en miroir d’une pensée manipulée.

Tournée hors les murs

5-6-7-8-9 Octobre 2021

Théâtre des 2 Points 

Scène conventionnée d’intérêt national Art Enfance Jeunesse

Rodez

Vidéo

Photographies

affiche 2-sans titre
affiche 2-sans titre

press to zoom
affiche 1-sans titre
affiche 1-sans titre

press to zoom
visuel 1
visuel 1

press to zoom
affiche 2-sans titre
affiche 2-sans titre

press to zoom
1/5

© Nicolas Maisse